Manque de sommeil : les causes et les bonnes attitudes à adopter

Ce n’est pas facile de trouver le sommeil malgré la fatigue. Malgré qu’on passe au lit tôt, on n’arrive pas toujours à s’endormir. Quels sont les facteurs qui entravent votre sommeil ? Comment faciliter le sommeil ? Quels sont les bonnes attitudes à adopter ? Quelques éclairages…

En réalité, le bon moment pour s’endormir est déterminé par l’horloge biologique. Chaque personne dispose ainsi d’un créneau pendant lequel elle est disposée à dormir. Pour Dr. Anges Kimou, biologiste et spécialiste du sommeil : « Ce moment est déterminé par les gènes et varie d’un individu à l’autre. En moyenne, ce créneau est situé entre 23h et 7h. Chez les « couche-tôt », il a lieu entre 21h et 5h. Et chez les couche-tard, entre 1h et 9h« , explique-t-il, le chercheur du Chu de Cocody. 

Normalement, l’on ne peut s’endormir n’importe quand sauf si sa capacité à s’endormir dépend également de l’équilibre du mécanisme éveil/sommeil. En effet, la pression de sommeil doit être forte et celle de l’éveil, suffisamment faible pour s’endormir.

Les causes

Plusieurs facteurs agissent sur ce mécanisme. La pression d’éveil pourra être augmentée lors d’anxiété, de stress… Quand l’on est préoccupé par des soucis, il est alors évident qu’il est difficile de s’endormir facilement. De même, être connecté sur des écrans avant de se coucher augmente le niveau d’éveil. Une pratique assez courante chez les jeunes de nos jours qui utilisent leur ordinateur, tablette ou smartphone le soir dans leur lit. En effet, cette cyber connexion, selon le biologiste, crée une excitation émotionnelle et intellectuelle. De plus, la lumière bleue des écrans donne un signal d’éveil à l’horloge biologique, prévient-il.  Il est donc recommandé de se déconnecter au moins 1h avant d’aller au lit, de se coucher au moment opportun, c’est-à-dire dans sa fenêtre de sommeil et pas avant, et rester sans connexion pendant toute la nuit.

Pas de confusion ! 

Ph: DR

Il y a souvent confusion entre la fatigue et la somnolence. Bien sûr, connaitre les signaux d’endormissement est capital. « Il faut avoir sommeil, pas simplement être fatigué’’, indique l’expert. Pour lui, la fatigue est une lassitude physique ou mentale, tandis que la somnolence est plutôt la facilité à s’endormir, qui s’accompagne de bâillements et des yeux qui piquent.

‘’En cas de fatigue, on peut simplement s’allonger, se reposer’’, conseille Dr Ange Kimou qui alerte qu’il est inutile de se coucher plus tôt en espérant s’endormir. Selon Dr Ange Kimou, il ne faut pas non plus se précipiter au lit de peur de louper le train du sommeil. 

De bonnes attitudes

Il faut donc donner à son organisme de bons signaux entre le jour et la nuit. Les plus significatifs pour l’horloge biologique sont la lumière puis l’activité physique. Il importe ainsi de prendre le temps de sortir au maximum, de s’aérer et de pratiquer une activité physique, mais pas au-delà de 20-21 h.

Réitérer ces actions quotidiennement permet de régler son horloge biologique et d’éviter qu’elle ne se décale. Il n’y a donc pas de traitement contre les difficultés d’endormissement, mais de bons gestes à adopter pour préserver l’équilibre de son horloge biologique. Par ailleurs, une bonne hygiène de sommeil (une chambre calme, sans lumière, à 18°C) favorisera aussi l’endormissement.

 

Oka Cyrille


Vous aimerez aussi :

Ajoutez votre commentaire