Le Dr Anna Corine Liéma, membre fondateur de l’Association autisme Côte d’Ivoire.

Publié le 30 novembre, 2020

La pédopsychiatre, Dr Anna Corine Bissouma est membre fondateur de l’Association Autismes Côte d’Ivoire. Docteur en psychologie et responsable du centre Marguerite Té Bonlé spécialisé dans la prise en charge de l’autisme, elle s’est confiée à VoixVoie De Femme ce 26 novembre 2020, au Centre Marguerite Te Bonle situé au sein de l’Institut national de la Santé publique (INSP). Elle dit tout sur l’autisme et sa gestion chez les personnes.

Qu’est-ce que c’est que l’autisme ?

Autrefois considéré comme une maladie mentale de l’enfant notamment, l’autisme est considéré aujourd’hui comme un trouble ou un handicap. C’est-à-dire une particularité du fonctionnement. C’est un trouble neurodéveloppemental.  Une façon particulière pour le cerveau de fonctionner qui retentit sur le développement psychologique de la personne. Lorsque le diagnostic d’autisme est posé chez un enfant, après trois ans, scientifiquement on considère qu’il sera autiste toute sa vie.

Combien de types de ce handicap existe-il ?

Dans la classification de l’OMS, concernant les maladies mentales, on parle de types de troubles autistiques. Il y en a 8. L’autisme typique, atypique, le syndrome d’Asperger, le syndrome de Rett, les troubles désintégratifs de la petite enfance, etc…

Il y a aussi une classification américaine qui il y a quelques années parlait de types d’autisme toujours avec les mêmes 8 types. Depuis 2013, cette classification a changé. On ne parle plus d’autisme, on parle de trouble du spectre autistique. Les scientifiques américains se sont rendus compte qu’il y avait plusieurs variations dans les formes d’autisme. Chez un individu on va analyser la sévérité, on regarde si l’autisme est léger, moyen, ou sévère. En fonction du niveau de sévérité il y a un niveau d’handicap cognitif et social . Associé à ce niveau de sévérité du handicap, il y a aussi le niveau de fonctionnement intellectuel.

Là on cherche à savoir si la personne qui a des troubles autistiques a un handicap intellectuel. C’est-à-dire que la personne est en déficience mentale ou bien si elle a une intelligence élévée, on parle de haut potentiel. C’est-à-dire des personnes qui ont de l’autisme avec une intelligence vraiment très élevée et qui peuvent être des génies

Comment se manifeste ce handicap chez les enfants ?

Il apparaît très tôt, avant l’âge de 3 ans. Les autistes ont des difficultés dans la communication sociale. Des difficultés à comprendre la communication, à interagir avec les autres, à comprendre les relations sociales, à être en société. Ils sont souvent isolés, ils jouent seuls, ils ne répondent pas quand on leur parle. Ils n’utilisent pas le langage ou le font de façon particulière. Ils font tout le temps la même chose de façon répétée, soit des paroles répétées en permanence. On parle d’écholalie lorsqu’ ils répètent ce qu’ils entendent. Ils font beaucoup de bruits, ils ont des particularités sensorielles. 

Quels sont les signes d’alertes ?

Si vous avez par exemple un enfant de 15 mois, de 18 mois qui avait commencé à parler et qui arrête brusquement de le faire. Il ne regarde plus, il ne s’intéresse plus aux choses autour de lui, il fait des gestes répétés. Un enfant qui ne regarde pas, quand on l’appel, il ne réagit pas, il a tendance à faire des mouvements de main devant les yeux, il se balance, il fait les choses de façons répétitives, il ne joue pas avec les autres. Il ne réagit pas à la présence de ses parents, il bouge sans se fatiguer, il se mord quand il est fâché… Ce sont des signes d’alerte.

Il faut demander à voir un pédiatre. Il faut avoir déjà vu le pédiatre avant de venir au centre. Déjà un bébé de 9 mois, un an qui ne réagit pas à l’appel, qui ne réagit pas quand on joue avec lui, quand vous le prenez, il est mou comme s’il est en chiffon …

Il faut augmenter la stimulation. Il faut beaucoup jouer avec lui, être présent pour lui. Et surtout supprimer la télévision, les tablettes qui ne vont pas améliorer son état.

Un conseil qui s’adresse aux parents d’enfants autistes également ?

 Aux parents d’enfants autistes, ne perdez pas courage. C’est possible de faire évoluer les enfants. C’est vrai qu’on est dans un contexte où on n’a pas toutes les structures de prise en charge, mais lorsque les parents sont vraiment engagés, les professionnels sont là pour les aider à trouver des solutions.

La suite de l’interview dans la prochaine parution du 6 au 12 décembre 2020

Interview réalisée par Marina Kouakou

3 Commentaires

  • par GOYE Amandine Nadege
    Publié mars 9, 2021 12:58 0Likes

    Bonjour,

    SVP je ne sais plus comment faire pour obtenir un rendez auprès du Docteur BISSOUMA pour ma fille qui est autiste, Cela fait plusieurs mois que je cherche à obtenir un rendez-vous mais en vain
    C’est un cri de cœur d’une mère désespérée. Si quelqu’un peut m’aider à obtenir un rendez-vous auprès de cette bonne Dame pour la consultation de ma fille, ça sera un grand soulagement pour moi et surtout pour ma fille dont je m’inquiète de jours en jours.
    Merci de vouloir m’aider.

    • par Mariam SIDIBE
      Publié mars 15, 2021 8:54 0Likes

      Bonjour Mme Nous allons contacter Docteur BISSOUMA et tenter d’obtenir pour vous une rendez-vous. Laissez nous un message sur notre contact whatsApp sur le site. Nous vous allons vous recontacter dès que nous avons un retour. Merci de la confiance. Et courage. Excusez nous pour le retard à vous répondre. Bonne semaine.

  • Rétroliens : Autisme : l’histoire de la Journée mondiale de sensibilisation - VOIXVOIE DE FEMME S'ENGAGE

Ajoutez votre commentaire